Comment valoriser ma démarque ?

Jeter ses invendus ou ses rebuts n’est pas une fatalité ! Plusieurs solutions vous permettent de valoriser la démarque de votre commerce, lui donner une seconde vie et lui éviter le gaspillage. En effet, dans la distribution, les chiffres du gaspillage alimentaire sont encore trop importants, voici donc quelques conseils pour le réduire.

Le stickage

Le stickage consiste à réduire le prix de certains produits à dates courtes notamment en affichant un sticker prix réduit, visible et facilement identifiable par le consommateur.

Autrefois réservé aux fins de série des rayons non-alimentaires, de plus en plus de commerces de bouche utilisent le stickage sur les produits très frais notamment.

Pour valoriser leur démarque, certains points de vente vont même plus loin et créent des zones anti-gaspi. Tous les produits stickés y seront regroupés, les clients n’auront pas à circuler de rayon en rayon pour accéder aux promotions.

Soucieuses de préserver une image haut de gamme, certaines enseignes refusent de pratiquer le stickage préfèrent revendre à bas prix leurs stocks à des enseignes de déstockage.

Le déstockage

Emballage abîmé, arrivée prochaine à expiration de la date de péremption, produit peu esthétique… les magasins de destockage en regorgent. En plein essor, ce nouveau canal de distribution permet d’écouler les produits dont personne ne veut à tout petit prix.

Le don aux associations

De nombreuses personnes ne mangent malheureusement pas à leur faim et le relais associatif est crucial pour pallier ce besoin.

La loi Garot de février 2016 lutte contre le gaspillage alimentaire en obligeant les grandes surfaces de plus de 4000 m² à donner leurs invendus à des associations. Bien que cette pratique soit très réglementée (traçabilité des produits) et que certains produits soient interdits au don, les associations récupèrent de beaux volumes pour les distribuer aux plus démunis.

Le don aux associations permet également de bénéficier de réduction d’impôts.

Le recyclage de produits

Rien ne se perd, tout se transforme ou presque et certains acteurs sont spécialisés sur ce créneau. Fruits et légumes moches peuvent par exemple être réutilisés dans des soupes, smoothies, confitures… voire en alcool. L’hypermarché E.Leclerc à Templeuve a ainsi créé sa propre marque, Bon et Bien, qui propose des soupes à partir de fruits et légumes en mauvais état !

Certains restaurants anti-gaspi proposent des menus entiers à base d’invendus récupérés.

Enfin, impropres à la consommation humaine, certains produits (viande, fruits et légumes, pain…) peuvent également se transformer en nourriture pour animaux.

Et pour vous que vos produits en démarque trouveront preneur en faisant des heureux, il y a des solutions anti-gaspi comme Too Good To Go !

Vous voulez en savoir plus ? 

Cliquez ici. 

Stéphanie Moy
Responsable des Relations Presse