Les dates de péremption : la responsabilité des industriels, de l'usine au frigo

Les dates de péremption sont arrivées en France après la Seconde Guerre mondiale, quand les impératifs de suffisance alimentaire et de sûreté alimentaire participaient à la reconstruction de notre pays. L'État les a imposées, l'État a ensuite laissé les industriels les définir, elles sont devenues obligatoires en France en 1984, puis par la Commission Européenne en 2011. Maintenant tu en as sur ton miel, ton vinaigre et tes pâtes, alors qu'entre nous, quand périme un miel, du vinaigre ou des pâtes ? Bien après la date indiquée, dans tous les cas. 


Comment ça se passe, cette histoire de fixation des dates ? 

On est ici face à ce qu'on appelle l'autorégulation. Les industriels définissent eux-mêmes leurs dates de péremption (si tu ne sais toujours pas qu'il existe deux types de dates, viens te renseigner, sinon, continue à lire, tu peux aussi te faire un thé). Et comme le monde n'est ni noir ni blanc mais oscille gentiment dans un brouillard tout le temps, les industriels suivent tout de même des règles pour fixer les dates. Voici les trois dimensions principales  : 

A ces trois critères s'ajoutent des considérations nationales et de marché 

  • Où le produit est fabriqué ?
  • Où va-t-il être livré ? Au chaud ? Au froid ? 
  • Quelles sont les habitudes de consommation nationales ? 

Toutes ces variables, qui prennent en compte l'ensemble de la chaîne alimentaire, font varier les dates de péremption pour des produits similaires. Et quand ton jambon a 3 jours de plus en Pologne qu'en France, forcément, ça porte à confusion. 

Là c'est un homme qui est en train d'écrire sur un papier que "tout est conforme, notamment les dates de péremption"

Le principe de responsabilité des industriels

Le fabricant est responsable de ce qui atterrit dans ton assiette. Mais bien qu'il puisse suivre le produit de l'usine au lieu de distribution, une fois qu'il est dans ton caddie, personne ne sait ce que tu fais avec. C'est là qu'intervient cette fameuse "marge de sécurité" où les fabricants vont anticiper le pire et apposer la date de péremption en fonction. 

La responsabilité enclenche donc le principe de précaution. Mais ce qu'il est intéressant de noter, c'est que le système alimentaire français est réputé parmi les plus sûrs au monde. Les TIAC (toxi-infections alimentaires collectives) sont extrêmement rares, et aujourd'hui, bien que des scandales alimentaires existent, ils ne sont plus mortels. On a atteint une certaine sécurité alimentaire donc. On peut donc aussi remettre en question le principe de précaution à outrance, bien que l'on comprenne son existence. 

Regardez comme c'est beau des bactéries. 

Petite pause culture : tu peux en apprendre plus sur les bactéries, la fermentation et caetera par ici !


Le principe de loyauté

C'est le troisième paramètre qui entre en compte dans la définition d'une date de péremption. Un fabricant veut que tu sois content quand tu manges son biscuit, qu'il soit croustillant, alléchant et qu'il réponde à tes attentes. Bien que ton produit ne présente pas de risques pour la santé, une fois la date passée, il pourrait être un peu plus mou. Et si le fabricant enlevait sa date, ou bien l'allongeait, on aurait sûrement affaire à un paquet d'amateurs de biscuits assez déçus de leur expérience. C'est la loyauté à ton égard donc, qui pousse parfois à raccourcir les dates de péremption pour que les produits soient exactement comme tu les désires. 

On veut des biscuits craquants !


Mais alors qu'est-ce qu'on fait ? 

  • On harmonise les dates de péremption par produit et par filière

Cela peut être fait à travers un travail de concertation et de collaboration par les acteurs d'une même filière. Définissons des dates standards pour des produits similaires, à condition que cela ne change pas la recette initiale et ne rajoute pas de conservateurs (sinon, on crée des nouveaux problèmes). 

  • On supprime les dates de péremption sur la liste exemptée de la Commission Européenne 

L'Europe a une liste de produits sur laquelle elle statue qu'on n'a pas besoin de dates de péremption (vinaigre, sucre, sel, chewing gum...). Et la France, elle a fait quoi la France ? Elle a carrément interdit de mettre une date de péremption sur ces produits. Mais en réalité, regardez dans les magasins, vous les verrez, les dates, sur le sel et le vinaigre.

  • On favorise les packagings innovants pour une meilleure conservation

Avec des meilleurs packagings, l'aliment se conserve plus longtemps. En évitant le plastique au maximum et en investissant dans les emballages sous-vide par exemple....

Tu vois, il y en a, des solutions !

Le sujet t'intéresse ? Bonne nouvelle ! On a sorti un livre blanc sur le sujet 

Clique ici pour lire notre livre blanc "Les dates de péremption, une idée dépassée ?" !

Rose Boursier-Wyler