Où atterrit le gaspillage alimentaire ?

Loin des yeux, loin de l'esprit

La plupart d'entre nous n'ont pas conscience de ce que devient la nourriture gaspillée, ni de ses conséquences directes et indirectes. Dans le pire des cas, les aliments gaspillés sont collectés et atterrissent dans des décharges ou sont incinérés. Aujourd'hui encore en Europe, moins de la moitié du gaspillage est recyclé en biogaz ou compost, ou transformé en nourriture animale. 


La collecte du gaspillage alimentaire 

La façon dont nous éliminons le gaspillage alimentaire a des répercussions considérables sur les écosystèmes fragiles de la Terre. Au niveau international, la plus grande catégorie des déchets est constituée de déchets organiques (aliments et déchets verts), représentant 44% des déchets mondiaux. On estime que le total des déchets municipaux peut atteindre 56% en moyenne dans les pays à faible revenu, 53% dans les pays à revenu moyen et 32% dans les pays à revenu élevé (World Bank Group, 2018).

Il n’existe actuellement aucune réglementation européenne contraignante en matière de collecte des déchets organiques. Treize États membres ont mis en œuvre leurs propres initiatives en matière de collecte de biodéchets, y compris de déchets alimentaires en porte à porte (EURActiv, 2017).

  • La moyenne de déchets municipaux générés en 2017 dans l'UE est d'environ 487 kilos par habitant (Eurostat, 2017)
  • Les biodéchets représentent en moyenne 37% du total des déchets municipaux en Europe, mais diffèrent considérablement entre les États membres (Bräutigam et al., 2014; European Environment Agency, 2016)
  • Le système de porte à porte s’est avéré le plus efficace pour augmenter la collecte de biodéchets (European Commission, 2015)
  • Certains pays traitent les déchets municipaux différemment (OECD, 2019). À l'heure actuelle, plus de la moitié des biodéchets municipaux de l'UE ne sont ni recyclés ni réutilisés :


A. Le pire scénario

Aujourd'hui encore, une grande partie des déchets organiques ne sont ni recyclés ni réutilisés. Les biodéchets, et donc le gaspillage alimentaire, finissent soit dans les décharges soit en incinérateurs pour produire de l’énergie. Dans les sites d'enfouissement, les aliments se décomposent et pénètrent dans le sol et dans l'air, endommageant gravement l'environnement et les communautés alentours. Les incinérateurs permettent de produire de l'énergie, mais aussi dans le même temps une mentalité gaspilleuse dans les entreprises et chez les consommateurs, tout en ayant un impact négatif sur les personnes et l'environnement. Ces deux options constituent très certainement le pire scénario.


Décharges : l'élimination des déchets alimentaires

  • Dans la seule Union européenne, il existe environ un demi-million de décharges (The Financial Times, 2018). En 2016, les déchets municipaux biodégradables devaient être réduits de 35% comparé à la quantité mise en décharge en 1995 (European Union, 1999)
  • Les décharges dans le monde manquent d'espace (Curry & Pillay, 2012)
  • Les déchets alimentaires représentent 21% du volume des sites d'enfouissement (FAO 2016)
  • Aux États-Unis, on estime que 22% des déchets alimentaires se retrouvent dans des sites d'enfouissement (EPA, 2015)
  • En Australie, 5 millions de tonnes de denrées alimentaires finissent dans des décharges, de quoi remplir 9 000 piscines olympiques (OzHarvest, 2019)


Pourquoi est-ce un problème ?

  • Les décharges environnantes peuvent avoir des effets néfastes sur la santé à court et à long terme, notamment des cancers, des problèmes de naissance, des allergies et des maux de tête (Maheshwari et al., 2015; Saffron et al., 2003)
  • Au fur et à mesure que la pluie tombe sur les sites d'enfouissement, les composants organiques et inorganiques se dissolvent, formant des produits chimiques hautement toxiques qui s'infiltrent dans les eaux souterraines et peuvent même affecter la fertilité des sols dans les zones environnantes (Scienceing, 2018) 
  • Les émissions de méthane, issues de la décomposition anaérobique de matières organiques, sont un gaz à effet de serre nocif qui contribue au changement climatique. Apprends-en plus ici




Incinération: la valorisation des déchets alimentaires

  • Les incinérateurs brûlent les déchets et, ce faisant, récupèrent la chaleur pour produire de l'énergie à l'aide de vapeur
  • Brûler des déchets à des fins énergétiques sape les efforts de recyclage de l’Europe en les renvoyant vers des incinérateurs au lieu de les réutiliser ou de les recycler (European Commission, 2015; European Parliament, 2008)
  • L'UE a donc mis en place des premières mesures visant à réduire le financement pour l'incinération (Zero Waste Europe, 2018) tandis que les obligations de collecte séparées prévalent toujours (Zero Waste Europe, 2018)


Pourquoi est-ce un problème ?



B. Les déchets comme ressources 

D'ici 2035, l'UE veut recycler 65% de tous les déchets municipaux générés (European Commission, 2018). Dans une économie circulaire, les déchets alimentaires ne devraient plus être jetés dans des décharges ou incinérés. Les déchets alimentaires devraient plutôt être considérés comme une ressource précieuse pouvant être réutilisée d'une part comme nourriture pour animaux. Ainsi, au lieu d'utiliser d'autres sources de protéines, les déchets alimentaires peuvent être réutilisés dans les aliments. D'autre part, les déchets alimentaires pourraient également être utilisés pour être recyclés en biogaz ou en compost, qui pourraient ensuite respectivement être utilisés pour l'énergie ou comme engrais.


Nourriture animale : la réutilisation du gaspillage alimentaire

Le monde assiste actuellement à une augmentation massive de la consommation de viande et de produits laitiers. Si plus de personnes en consomment, il faudra logiquement en produire davantage. Cela exerce une pression importante sur les ressources naturelles et le climat de notre planète. L'option consiste donc à réutiliser les déchets alimentaires au lieu de récolter des céréales ou des cultures sur des terres qui renfermaient des forêts tropicales humides.

  • La consommation totale de viande a quintuplé depuis le milieu des années 1940 dans le monde (Proteinsect, 2016)
  • La production mondiale de viande devrait plus que doubler, passant de 229 millions de tonnes en 1999/01 à 465 millions de tonnes en 2050. Celle de lait passera de 580 millions à 1 milliard de tonnes (FAO & LEAD, 2006)
  • 80% des terres agricoles et plus de 30% des terres sont déjà utilisées pour faire paître et nourrir les animaux d'élevage (FAO & LEAD, 2006; OurWorldinData,2017)
  • La production totale de protéagineux de l'UE ne fournit actuellement que 30% des protéines alimentaires consommées par le bétail dans l'UE ; la plupart des importations venant du Brésil et des États-Unis (ITC, 2017)
  • L’UE importe annuellement environ 17 millions de tonnes de protéines brutes (European Commission, 2018)
  • Ces importations représentent l’équivalent de 20 millions d’hectares de terres cultivées - plus de 10% des terres arables de l’UE (Proteinsect, 2016)


Il est urgent de combler le déficit en protéines de l’UE et de remplacer les protéagineux importés par des sources européennes alternatives

  European Parliament, 2011


Un potentiel inexploité

  • On estime qu'environ 3,5 millions de tonnes d'anciennes denrées alimentaires sont transformées chaque année en aliments pour animaux dans l'UE. Ce chiffre pourrait atteindre les 7 millions de tonnes (Quadram Institute, 2018)
  • Si l'Europe recyclait les déchets alimentaires en pâtées à hauteur de ce qui est fait en Asie de l'Est, les terres nécessaires à la production d'aliments pour porcs seraient réduites de 20%, une superficie de la taille du pays de Galles (Zu Ermgassen et al., 2016)
  • Les mouches Black Soldier peuvent transformer les déchets alimentaires en protéines alternatives, tout en produisant un sous-produit pouvant être transformé en engrais ou en biodiesel (Proteinsect, 2016)




Biogaz et compost: le recyclage du gaspillage alimentaire

La nourriture contient une quantité énorme de ressources. Ces ressources sont riches en énergie, en nutriments et en minéraux. Au lieu de les laisser se décomposer ou de les brûler, l'option serait de les recycler et de leur donner une nouvelle valeur. La nourriture normalement gaspillée pourrait donc devenir une ressource permettant de produire de l'énergie à partir de biogaz ou devenir un engrais naturel inestimable utilisé d'autres cultures et plantes.


Le biogaz

  • Les matières organiques (produits végétaux et animaux) sont décomposées par les bactéries dans un environnement sans oxygène, un processus appelé digestion anaérobie (BioConstruct, 2008)
  • Les gaz ainsi convertis, le méthane et le CO2, peuvent alors générer de l’énergie pour produire de l’électricité, du combustible ou de la chaleur grâce au biométhane (Achinas et al., 2017)
  • Le digestat riche en nutriments peut être transformé en engrais (Environmental and Energy Study Institute, 2017; European Commission, 2013)
  • La production de biogaz a atteint 18 milliards de m3 de méthane (654 PJ) représentant la moitié de la production mondiale de biogaz dans un réseau de 17 400 usines de biogaz (Scarlat et al., 2017)
  • L'Europe est le premier producteur mondial de biométhane. Il est destiné à être utilisé comme carburant automobile ou à être injecté dans le réseau de gaz naturel pour une production de 1,4 milliard de m3 de méthane (Oxford Institute for Energy Studies, 2017)


Le compost

  • C'est un procédé de décomposition aérobie (avec de l'oxygène) d'un mélange de matières organiques par l'intermédiaire de micro-organismes, qui sert ensuite d'engrais (EcoProducts, 2014)
  • Le compostage en cuve est devenu un choix populaire car les déchets alimentaires sont décomposés dans un environnement clos, avec un contrôle et une surveillance précis de la température, de l'humidité et de l'oxygène (RecycleNow, 2016)
  • Dans l'Union européenne : l'Autriche, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg sont les seuls pays à composter ou à digérer 20% ou plus (European Commission, 2015) 
  • Pour en savoir plus sur les façons de composter en Europe, c'est par ici here
  • Tu veux commencer ton propre compost ? Découvre les tips et astuces (https://www.epa.gov/recycle/composting-home) pour te lancer dans l'aventure.