Asie & Océanie

Les deux continents encouragent les pays qui sont maintenant des leaders dans la lutte contre le gaspillage alimentaire 

Si l'Asie fait face à plusieurs défis au tout début de la chaîne alimentaire, en termes d'infrastructures et de technologie, l'Océanie, elle, se concentre sur l'éducation du grand public quant à l'impact de ses actions. Les deux continents ont pris conscience que c'est à travers des politiques efficaces de réduction des déchets qu'ils parviendront à plus de durabilité. 


Australie

Les consommateurs Australiens gaspillent 3,1 millions de tonnes de nourriture par an (l'équivalent de 17 000 Jumbo Jets 747), et 2,2 millions de tonnes sont jetées par le secteur commercial et industriel (Department of the Environment and Energy, 2017). L'Australie a une stratégie nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire qui a permis de créer un cadre favorisant les actions collectives afin de diviser par deux le gaspillage alimentaire en 2030 (Australian Government, 2017). Le National Waste Policy  (Australian Government, 2018) met davantage l'accent sur la gestion du gaspillage alimentaire (Department of the Environment & Energy, 2018) et la nécessité de travailler ensemble autour d'objectifs communs (Department of the Environment & Energy, 2017). Son approche est de "réduire les déchets organiques, provenant des jardins et du gaspillage alimentaire, en favorisant la prévention et en se détournant des décharges au profit des sols et d'autres usages". La ville de Sydney a récemment annoncé son ambition d'atteindre le zéro déchet en 2030. En 2016, la ville a réussi à éviter à 69% du gaspillage de finir en décharge et ambitionne d'augmenter ce pourcentage en étendant leurs services aux zones résidentielles (City of Sydney, 2016).



La Corée du Sud

Selon le Ministre de l'Environnement, un Sud-Coréen génère en moyenne 930 grammes de déchets par jour, dont 40% de gaspillage alimentaire. Rapporté à l'année, c'est 130 kilos qui sont gaspillés par habitant (Korea Expose, 2018). L'objectif du gouvernement coréen est donc d'établir une politique transversale de gestion de déchets, de valorisation et de changement du système alimentaire (Legislative Council Secretariat, 2012)

Depuis 2001, le Réseau Mouvement Zéro Déchet Coréen (Korea Zero Waste Movement Network-KZWMN) agit. Constitué du gouvernement, de communautés locales et d'entreprises, ce réseau ambitionne de réduire le gaspillage alimentaire de 20%. Aujourd'hui c'est 95% du gaspillage alimentaire qui est valorisé dans le pays (WEF, 2019). À Séoul le volume de gaspillage a déjà été réduit de 10% en 4 ans, soit 300 tonnes par jour, grâce à un système RFID centralisé de collecte de gaspillage alimentaire dans les foyers. Séoul continue ses efforts de réduction du gaspillage alimentaire, grâce à l'implantation d'un système de collecte à l'échelle de toute la ville, basé sur le volume (Seoul Solution, 2016).



Pour en savoir plus sur le gaspillage alimentaire, c'est par ici !