Campagne sur les Dates de Péremption

Les dates de péremption sont responsables de 10% des 88 millions de tonnes de nourriture jetées tout au long de la chaîne alimentaire en Europe 

Oui, c'est tout simplement incroyable. C'est l'équivalent de 3,3 à 6,7 milliards d'euros chaque année (WRAP, 2015). La raison principale de ce gaspillage est le manque de compréhension des consommateurs face aux deux types de date : "à consommer jusqu'au" et "à consommer de préférence avant". 


Quelle différence entre les deux dates ? 

Les dates de péremption sont obligatoires et légiférées pour assurer la qualité et la sécurité des aliments. Cependant, la multiplicité des dates crée de la confusion chez les consommateurs qui doutent de leur légitimité  (European Commission, 2018). Plus la confusion est forte pour les consommateurs, plus ils auront tendance à jeter. Clarifions une bonne fois pour toute la signification de ces dates... 


À consommer jusqu'au - DLC (Date Limite de Consommation) 

Cette date indique jusqu'à quand le produit peut être consommé. Après cette date, le produit peut présenter des risques pour la santé. On retrouve cette date sur les produits très périssables qui peuvent rendre malade une fois la date passée. C'est une date sanitaire. 


"49% des Européens pensent qu'une meilleure information sur la signification des dates de péremption les aiderait à réduire le gaspillage alimentaire chez eux"

  Flash Eurobarometer, 2015


À consommer de préférence avant - DDM (Date de Durabilité Minimale) 

Cette date indique jusqu'à quand le produit garde toutes ses qualités. Après cette date le produit peut perdre des nutriments, changer d'aspect, mais ne présente pas de risque pour la santé. C'est une date indicative


"53% des consommateurs européens ne connaissent pas la signification de la date "à consommer de préférence avant" "

  European Parliament, 2017


Ces dates sont définies grâce à des guides de bonnes pratiques et des tests réalisés en interne. C'est donc un système d'autorégulation où chaque industriel et producteur définit la date à apposer, sans harmonisation nationale ni transparence.

Les dates sont définies selon trois critères

  • Dimension sanitaire (développement microbiologique de bactéries, moisissures...) 
  • Dimension organoleptique (perte de goût, de gaz, changement d'aspect...)
  • Facteurs intrinsèques (détérioration des vitamines et nutriments)

Autres facteurs pris en compte : 

  • Conditions de fabrication
  • Conditions de stockage
  • Les habitudes des consommateurs (perception et réflexes)


Quel est l'agenda européen pour les dates de péremption ?

L'Union Européenne examine "les manières d'améliorer l'utilisation des dates de péremption par acteur de la chaîne alimentaire et leur compréhension par les consommateurs, en particulier les DDM" (EU Commission, 2015). Actuellement, les dates de péremption sont régulées au niveau européen, pour tous les pays de l'Union par le Règlement concernant l'Information des Consommateurs, aussi appelé règlement INCO (EU no 1169/2011).


“Tout changement européen ayant attrait aux dates de péremption devra répondre à ces critères : répondre aux besoins d'information des consommateurs, contribuer à la réduction du gaspillage alimentaire, ne pas mettre la santé des consommateurs en danger”

European Commission, 2019


Une étude récente sur les dates de péremption démontre qu'il existe une grande variété dans l'apposition des dates et une faible lisibilité sur les emballages. Différentes actions ont ainsi été présentées à plusieurs États membres afin de consolider la coopération et l'innovation entre les acteurs de la chaîne alimentaire.

En 2018, un mandat a été confié à un sous-groupe de la plateforme européenne Gaspillage et Pertes Alimentaires afin de suivre l'UE sur les actions liées aux dates de péremption et à la prévention du gaspillage alimentaire. Il a été mis en place, spécifiquement afin de : 

  • Faciliter le débat entre les différents contributeurs,
  • Analyser les actions (législatives et volontaires) pour améliorer la compréhension et l'utilisation des dates de péremption pour tous les acteurs de la chaîne alimentaire, y compris les consommateurs et les organes réglementaires,
  • Partager les bonnes pratiques liées aux dates de péremption et à la prévention du gaspillage alimentaire. 


Nos initiatives à ce jour...

Nous avons réalisé que des actions devaient être mises en œuvre à travers l'Europe. Nous avons donc commencé à travailler avec des industries partenaires, des experts et les gouvernements locaux dans différents pays. 


France

Destiné aux acteurs de l'industrie alimentaire et aux pouvoirs publics, notre Livre Blanc proclame notre ambition de travailler en collaboration avec tous les acteurs pour améliorer la compréhension des dates de péremption. Il met en lumière les bonnes pratiques et la législation et suggère quatre recommandations prioritaires :  

  • Réviser la DDM (à consommer de préférence avant),
  • Harmoniser les dates de péremption par produit phare et par filière,
  • Renforcer l'éducation et la sensibilisation,
  • Assouplir les règles contractuelles entre fabricant et distributeur.  


Danemark

En février 2019, nous avons lancé une nouvelle initiative sur les dates de péremption dans les supermarchés danois. Une coalition de leaders industriels dans le secteur de l'alimentation et de la boisson s'est engagée à ajouter "souvent bon après" sur les produits estampillés "à consommer de préférence avant" pour rappeler aux consommateurs que les produits peuvent encore être dégustés après la date. La DDM étant indicative, le produit peut être mangé s'il sent et paraît bon. Les consommateurs doivent donc se fier à leurs sens avant de jeter le produit ! 


Pour en savoir plus sur les dates de péremption, c'est par ici