Europe

L'Europe prend le problème au sérieux 

Dans l'Union Européenne, ce sont 88 millions de tonnes de nourritures qui sont gaspillées chaque année (Fusions 2016). La Commission Européenne et le Parlement guident les États Membres vers une économie circulaire et zéro déchet, et plusieurs États ont l'objectif ambitieux de réduire de moitié le gaspillage alimentaire tout au long de la chaîne alimentaire à horizon 2030. 

La Commission Européenne 

Depuis 2012, l'Union Européenne travaille sur une résolution afin de réduire le gaspillage alimentaire chez tous les États Membres (European Parliament, 2012). La prévention du gaspillage alimentaire est partie intégrante du Pack Economie Circulaire de la Commission (European Parliament, 2015) qui guide la transition européenne vers une économie circulaire. Le Pack statue "s'intéresser à toute opportunité qui oeuvre à la prévention du gaspillage alimentaire et au développement d'un système alimentaire plus durable". 


"Nous voulons soutenir la lutte contre le changement climatique (…), sauver des aliments sains pour les redistribuer à ceux dans le besoin (…), tout en permettant de faire des économies aux agriculteurs, aux entreprises et aux foyers" 

European Commission, 2019


La plateforme européenne du gaspillage alimentaire (Food Losses and Food Waste) a été créée en 2016 dans le but de soutenir toutes les parties prenantes dans la définition des mesures nécessaires pour réduire le gaspillage alimentaire, de favoriser le partage des bonnes pratiques, et d'évaluer les progrès réalisés chez tous les acteurs (European Commission, 2019). Le Revised EU Waste Legislation (adopted on 30 May 2018 by co-legislators) est une directive  qui appelle les États Membres à s'engager dans la lutte contre le gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la chaîne alimentaire, à surveiller l'évolution du gaspillage alimentaire et à rapporter les progrès faits (European Parliament, 2018). La législation encourage aussi les donations et les redistributions pour la consommation humaine, en donnant la priorité à l'usage humain sur l'alimentation animale et sur la méthanisation. Par ailleurs, l'Union Européenne encourage désormais les pays à utiliser une méthodologie unifiée pour mesurer le gaspillage alimentaire tout au long de la chaîne de production (European Commission, 2019).

Eu Fusions a été créé afin d'accélérer la mise en oeuvre des actions prises par les États Membres et de travailler de manière plus efficace et plus économe (EU Fusions, 2019). Des recommandations et guides de bonnes pratiques ont été édités afin d'établir un cadre commun de politiques européennes pour la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ils mettent l'accent sur la nécessité de traduire les ambitions politiques globales en actions concrètes grâce à des initiatives et engagements forts (EU Fusion, 2016). Cependant, face à l'absence d'objectifs contraignants et de mesures concrètes, la Cour Européenne des Audits a réitéré dans son dernier rapport que les actions sont à ce jour insuffisantes et que la stratégie européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire doit être renforcée et mieux coordonnée (European Court of Auditors, 2016).  



Zoom sur les pays

France

Pendant plusieurs années, la France a poussé les législateurs à l'action sur le sujet du gaspillage alimentaire (Assemblée Nationale, 2015) à travers de nombreuses propositions de loi (NRDC, 2015). En février 2016, la France est devenue le premier pays au monde à légiférer sur le gaspillage alimentaire en interdisant aux supermarchés de rendre leurs invendus impropres à la consommation. 


"La loi n'a pas tout résolu (…) mais doit maintenant aller plus loin, notamment sur les sujets d'éducation et de sensibilisation au gaspillage alimentaire" 

Guillaume Garot, Député Français 


Depuis lors, les supermarchés de plus de 400m² sont obligés de signer une convention de don avec une ou plusieurs associations pour redistribuer leurs produits invendus, sous peine d'encourir une amende de 75 000€  (Legifrance, 2016). Le législateur a maintenant l'intention d'étendre la loi aux écoles, aux cantines et aux autres entités (Franceinfo, 2019). La nouvelle législation a été un succès sur plusieurs points. 98% de tous les supermarchés concernés donnent dorénavant leurs produits invendus, notamment les produits périssables comme les produits laitiers, les fruits et les légumes qui sont les produits les plus redistribués parmi les 10 millions de repas collectés depuis 2016 (Le Parisien, 2019). Les distributeurs font en parallèle davantage attention à la valorisation de leurs produits (IPSOS, 2018) en améliorant la gestion des stocks, l'offre de produits, les dates de péremption et en initiant de nouvelles collaborations  (LSA, 2018). Une attention particulière a été portée à la qualité des produits donnés par les magasins, aux défis logistiques afférents et au "gaspi-washing" ou la responsabilité de donner des produits interdits aux don est transférée aux donataires (Agra, 2019; Actu Environnement, 2018).



Italie

Afin de nourrir les 10 millions de personnes en précarité en Italie, une nouvelle loi (Interreg, 2019) a été signée pour encourager les entreprises à donner leurs produits invendus et familiariser la pratique du doggy bag dans les restaurants (The Local, 2016). L'objectif de cette loi est de promouvoir la valorisation et le don des invendus alimentaires au profit d'oeuvres de charité, d'abord pour la consommation humaine, ensuite pour la consommation animale, et enfin pour le compost (Zero Waste Europe, 2016).


"Nous faisons en sorte qu'il soit plus facile pour les entreprises de donner que de jeter"

  Maurizio Martina, Membre de la chambre des députés en Italie 


Au niveau des villes, Milan est leader avec son Guide des Politiques Alimentaires, dont l'objectif est de réduire le gaspillage alimentaire et les surplus alimentaires tout au long de la chaîne, et de prévenir les inégalités sociales, environnementales et économiques (Comune Milano, 2015). Pour y parvenir, Milan : 

  • réduit la taxe sur les déchets de 20% pour les commerçants de bouche (supermarchés, restaurants, cantines, producteurs etc.) qui favorisent le don alimentaire et, 
  • encourage les cantines scolaires à collaborer avec les banques alimentaires. Le Maire de Milan aussi décidé de lancé un protocole international dédié aux défis alimentaires dans les zones urbaines avec le Milan Urban Food Policy Pact (MUFP, 2019). Un projet nommé ‘Milano Recycle City' a été initié pour promouvoir les bonnes pratiques et sensibiliser les citoyens et toutes les parties prenantes au tri (Comune Milano, 2015).



Allemagne

En février 2019, le gouvernement allemand a publié son plan national de lutte contre le gaspillage alimentaire qui met en avant l'objectif de réduire de moitié le gaspillage à toutes les étapes de la chaîne alimentaire en 2030 (BMEL, 2019). De nombreux états fédéraux ont depuis initié leur propre programme de lutte contre le gaspillage alimentaire (WWF, 2018).


"Nous avons intégré tous les acteurs de la chaîne alimentaire dans les discussions, puisque le gaspillage alimentaire est présent partout "

Julia Klöckner, Ministre Fédéral de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Protection des consommateurs 


La politique actuellement en vigueur est le programme de prévention du gaspillage alimentaire du Gouvernement Fédéral, dont font partie les États Fédéraux (BMU, 2013). Il inclut des mesures volontaires qui visent à prévenir le gaspillage en Allemagne, et notamment le gaspillage alimentaire. Afin de toujours plus mobiliser le public, le gouvernement a lancé deux programmes : 'Zu Gut für die Tonne' (trop bon pour la poubelle) (BMEL, 2019) et 'Lebensmittel wertschätzen' (apprécier la nourriture) (BMEL, 2019).

Savais-tu que Too Good To Go a gagné le prix national 'Zu Gut für die Tonne' en 2019 ? En savoir plus



Danemark

Dans son plan "le Danemark sans déchet", le gouvernement danois a défini un objectif de recycler 50% des déchets des foyers en 2022 (The Danish Government, 2015; The Danish Government, 2013). Le plan inclut aussi la réduction du gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la chaîne. 


"En gaspillant de la nourriture, nous gaspillons de l'argent et des ressources. Réduire les pratiques qui induisent du gaspillage relève du bon sens, autant d'un point de vue économique que d'une perspective environnementale" 

Jakob Ellemann-Jensen, Ministre Danois de l'Environnement et de l'Alimentation


Plusieurs initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire ont vu le jour ces dernières années, la plus importante étant le mouvement 'Stop Spild Af Mad' ('Arrêtons de Gaspiller') qui a permis de réduire de 25% le gaspillage alimentaire entre 2010 et 2015 (UNRIC, 2015).



Espagne

En 2012, la campagne menée par AECOC a été lancée pour encourager le partage de bonnes pratiques entre les acteurs et sensibiliser le public à la cause (Alimentacion sin Desperdicio, 2019). En 5 ans, l'Espagne a réduit le gaspillage alimentaire de 30% et les donations alimentaires ont augmenté de 13%. 


"La lutte contre le gaspillage alimentaire doit être un objectif global pour l'ensemble de la société. Nous devons tous nous sentir concernés et agir en conséquence au vu de ses répercutions environnementales, sociales et économiques."

  Raul Moreno, Député Socialiste Catalan


Le plan national  'Mas alimento, menos desperdicio' (plus de nourriture, moins de gaspillage) a été initié dans le but "d'encourager la transparence, le dialogue et la coordination entre les acteurs de la chaîne alimentaire et les pouvoirs publics, et de développer de façon organisée, coordonnée et structurée les actions communes qui changent les comportements, les logiques de travail et les procédés de management de tous les acteurs concernés" (MAPA, 2013). Aujourd'hui, l'Espagne travaille sur une nouvelle étape de leur plan (MAPA, 2017) en mettant en oeuvre une stratégie similaire à celle de l'Italie avec une fiscalité avantageuse et un cadre qui favorise les donations (D+I & AMO, 2018), et la naissance d'un 'Food Waste Observatory'.

En Galice, le gouvernement travaille sur une loi 'Ley gallega de residuos y suelos contaminados' (Loi galicéenne sur le gaspillage et la contamination des sols), qui favorisera la prévention et la réutilisation pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Par ailleurs, le gouvernement a initié le Galician Strategic Plan for Urban Waste Management, une preuve de plus que la région est décidée à lutter contre le gaspillage alimentaire (Xunta de Galicia, 2019). À Castilla-La Mancha, un décret régional va promouvoir un label officiel pour reconnaitre les entreprises et les producteurs engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ailleurs, en Catalogne, le gouvernement a poussé un nouveau "Plan d'Action contre le Gaspillage Alimentaire" (ARC, 2018). Une autre bonne nouvelle ? Too Good To Go en Espagne a officiellement intégré le Comité Stratégique Catalan de lutte contre le gaspillage alimentaire.



Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, beaucoup d'efforts ont été déployés pour réduire le gaspillage alimentaire dans les foyers au niveau national. La campagne du Waste & Resources Action Programme (WRAP)  ‘Love Food, Hate Waste’ a enregistré une réduction de 17% (WRAP, 2015) du gaspillage alimentaire dans les foyers entre 2007 et 2015. A travers le nouveau Courtauld Commitment 2025, le WRAP va travailler avec les signataires pour comprendre quelles sont les meilleures façons d'aider les millions d'habitants à réduire le gaspillage alimentaire à la maison.


"Le gaspillage alimentaire est un scandale économique, environnemental et moral"

  Michael Gove, Secrétaire d'État pour l'Environnement, l'Alimentation et les Affaires rurales du Royaume-Uni


Le gouvernement a initié un plan pour repenser le système de traitement des déchets en Angleterre, en Irlande du Nord, et en Écosse afin d'encourager l'émergence d'une économie circulaire et d'éradiquer le dépôt en décharge du gaspillage alimentaire en 2020 (Vision2020, 2019). Plus récemment, Ben Elliot a été nommé volontaire de l'année pour le rôle de Champion du Gaspillage par le secrétaire de l'Environnement Michael Gove, afin de continuer à faire vivre ce combat. 



Suisse

Les initiatives locales ont encouragé la collaboration et le dialogue parmi différents acteurs gouvernementaux et industriels pour renforcer la mobilisation et éduquer le grand public (BLW, 2019; Foodwaste.ch, 2019). Jusqu'à présent, des initiatives voient le jour pour développer l'économie verte du pays (BAFU, 2019).


"Notre mentalité de gaspillage entraîne une demande inutile en ressources rares telles que les sols, l'eau et les énergies fossiles"

  Martina Blaser, BAFU - Département pour l'Économie et l'Environnement


En mars 2019, une résolution a été adoptée pour réduire le gaspillage alimentaire de 50% pour 2030. Le conseil fédéral prépare à présent un plan d'action pour atteindre cet objectif et le présenter au Parlement suisse (Le Temps, 2019).



Belgique

Depuis 2015, la Belgique met en place une multitude d'initiatives et d'objectifs à atteindre au niveau régional et au niveau des villes. Bruxelles est un lieu important pour la politique européenne et la ville a construit une stratégie locale ‘Good Food’ pour réduire le gaspillage alimentaire de 30% d'ici 2020. 


"Les foyers Wallons jettent entre 14 et 23 kilos par tête, ce qui représente un perte économique estimée à 174 euros par année"

Carlo Di Antonio, René Collin and Maxime Prévot, Ministres Wallons 


La Wallonie a lancé le plan ‘Regal’ avec l'objectif de réduire de 30% le gaspillage alimentaire tout au long de la chaîne entre 2015 et 2025 (One Planet Network, 2019). Au début de l'année 2015, la région Flamande a aussi développé un programme de 57 actions pour réduire le gaspillage alimentaire de 15% en 2020 (Vlaanderen, 2015).



Les Pays-Bas

Le gouvernement néerlandais s'est ouvertement engagé à soutenir les associations, les entreprises, et les institutions locales pour réduire le gaspillage alimentaire de 50% dans les foyers, chez les professionnels et dans l'industrie en 2030 (Rijksoverheid, 2018)


"Réduire le gaspillage alimentaire permettrait une réduction importante des émissions de CO2 tout en permettant de faire des économies. C'est donc bon pour l'environnement et pour les finances"

  Carola Schouten, Ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité Alimentaire 


En janvier 2017, The Dutch Taskforce, une coalition d'entreprises tout au long de la chaîne alimentaire et d'autorités locales et nationales ont lancé ensemble l'initiative Samen tegen Voedselverspilling (“Ensemble contre le gaspillage alimentaire”) (Champions 12.3, 2019). Plusieurs associations et institutions ont travaillé ensemble pour définir des solutions innovantes afin de permettre la réduction du gaspillage alimentaire tout au long de la chaîne de production (Nederland Voedselland, 2018). L'objectif est de contribuer à la prévention et à la réduction du gaspillage alimentaire, et de faire des Pays-Bas un leader dans la valorisation des pertes de l'agroalimentaires (Wageningen University & Research, 2019). Pour les 4 prochaines années, le gouvernement va débloquer un budget de 7 millions d'euros pour répondre à cette ambition (Rijksoverheid, 2018).



Norvège

En 2013, le Plan National de Gestion des Déchets et de Prévention “Des Déchets aux Ressources” a été crée (EU Fusions, 2016). A travers tout le pays, une multitude d'initiatives, de projets de recherche et développement et d'actions ont vu le jour. 


"Notre résolution innove et nous nous sommes engagés sur des objectifs de réduction ambitieux"

  Vidar Helgesen, Ancien Ministre du Climat et de l'Environnement


La Norvège a réussi à réduire le gaspillage alimentaire de 13% entre 2015 et 2017 et prévoit maintenant de le diviser par 2 en 2030 (Ministry of Climate and Environment, 2017) en encourageant les entreprises à rejoindre un engagement industriel volontaire et commun (Matvett, 2019).



Pour en savoir plus sur le gaspillage alimentaire, c'est par ici